AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Dario Naranccia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dario Naranccia

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 02/12/2018
Age : 22


MessageSujet: Dario Naranccia   Lun 3 Déc - 0:04

Dario Naranccia





Nom : Naranccia

Prénom : Dario

Surnom : Le Serpent (pour sa souplesse, la fluidité de ses mouvements et car il est comme charmé, ne peut s'empêcher de danser quand il entends de la musique qui lui plait)


Sexe : Masculin


Âge : 23

Taille : 1m70


Monde d'Origine: La Terre

Race : Humain


Orientation sexuelle : Bisexuel


Description physique :

S'il y a bien une chose que Dario regrette en se regardant dans le mirroir, c'est de ne pas avoir hérité de la taille de son père. Il aurait bien voulu avoir son mètre quatre vingt dix et sa carrure musclée. Mais Dario semblait plutôt être comme son grand-père quand il était jeune... C'est à dire peine un mètre soixante dix. Le jeune homme aura tout de même hérité de son père ses lèvres fines, qui semblent dessinées et douces. Et s'il se trouve petit il reste fier de son corps élancé, finement musclé et souple. Il jalouse les yeux verts de sa soeur cadette, trouvant ses propres yeux noisettes soulignés par de longs cils foncés bien trop banals même lorsqu'ils se transforme en ambre liquide sous les rayons du soleil. Par habitude il coiffe ses doux cheveux brun ébène, vers l'arrière pour qu'ils ne le gêne pas quand il travaille. Il a de petites mains pour un homme mais il en est très doué et s'exprime de ses mains avec une certaine élégance.


Personnalité :
VOTRE CARACTÈRE ICI


CV: domaines de compétences et de connaissances:
VOTRE CV ICI


Histoire
Si Dario s'est réveillé dans les Landes un jour, confus mais avec un coeur rempli d'espoir c'est qu'il avait souhaité ce moment depuis longtemps. Sa vie d'avant était pleine de contraintes, d'ennui et de regrets. Il s'était au final enfermé lui même dans un devoir, une routine et s'en voulait pour les fois où il s'autorisait à ne penser qu'à lui.
Jour après jour il travaillait pour nourrir et subvenir à sa petite famille. Son père les avaient abandonnés, sa petite soeur Livia, sa mère Carolina et lui. Elles avaient toutes les deux des yeux verts clairs captivants contrairement au jeune brun qui avait hérité de ceux de son cher paternel pour sa plus grande joie ahem!
Ses parents, mariés trop jeunes, forcés par son grand-père quand il avait découvert que sa fille était enceinte, n'avait su tenir sans amour réel entre eux.

Le fils au sourire si chaleureux et inépuisable avait donc décidé de se mettre à travailler le plus tôt possible afin d'aider sa mère lorsqu'ils se retrouvèrent seuls.
Il avait fait des études basiques, jusqu'au niveau bac si on devait comparer, principalement pour faire plaisir à sa mère qui désirait à l'époque qu'il ait une éducation mais il avait pris sa décision depuis longtemps.
Une fois considéré comme majeur il avait immédiatement cherché du travail. Évidemment il avait au début, sans compétences ni expérience quelconque il avait écopé des pires petits boulots dont personne ne voulait.
Puis d'année en année il avait enchaîné les emplois, les contrats, les heures supplémentaires et les galères. Malgré l'archarnement, il leur arrivait, à sa mère et lui, de ne pas trouver bon emploi. Rendant donc certains mois bien plus durs que d'autres, sans bois pour se réchauffer ou avec des réserves faibles de nourriture que la petite famille peinait à se partager.

Au fil du temps les deux femmes avec qui Dario vivait basculèrent dans l'usage de diverses drogues. Le jeune homme se faisait naturellement du soucis pour la santé de Livia et Carolina mais il rationalisait en se disant que c'était pour échapper à la réalité.
Mais il savait qu'elles étaient influencées par leurs amants, les deux hommes en étaient également amateurs et de toute façon il ne pouvait les forcer à arrêter... Il avait essayé, sans résultat...
Dario lui même refusait de céder à quelque addiction que ce soit. Par fierté ou par peur de ne plus pouvoir s'en défaire s'il succombait à la douce sensation illusoire qu'elles offraient? Qui sait. Peut-être bien les deux.
La seule chose qu'il s'autorisait à savourer par moments car il savait qu'il ne pouvait y résister, c'était le plaisir charnel.

Parfois lorsqu'il rentrait épuisé, pas l'ombre d'un repas pour lui mais cette odeur si familière qu'il haïssait dans l'air. Autant dire que l'amour pour sa famille aussi grand était-il ne pouvait écraser son envie toujours si grandissante de disparaître.
Partir et les abandonner à son tour? La culpabilité le rongerait surement toute sa vie. C'était sa hantise de devenir comme son père.
Il ne pouvait que rester et lutter chaque jour, contre le destin, pour elles, pour sa survie... Mais sa vie à lui au final qu'en était-il?

Ses passions et ses hobbies, il ne pouvait vraiment les exploiter. Dans le peu de temps libre qu'il avait pour lui, il était trop fatigué et fauché pour faire ce qu'il lui plaisait.
Même si par moments il l'admettrait, il avait cèdé à ses pulsions. Le brun ne pouvait s'empêcher de danser lorsqu' un rythme entrainant lui venait à l'oreille dans la rue ou quand il sortait s'amuser en quelques rares occasions avec ses amis.
S'il avait pu il aurait arrêter le temps, il l'aurait fait dans ces moments. C'est d'ailleurs de cette façon principalement qu'il avait trouvé des partenaires amoureux. Pour une nuit, un mois ou un an. Tous avaient succombés à son charme naturel dont toute la beauté éclatait et resplendissait d'autant plus quand il s'amusait.

Il avait quelques amis, certains si proches qu'ils semblaient avoir tout partagé et que rien ne pourrait les séparer. On l'avait pourtant prévenu, avec le temps tout change, y compris les affinités.
La plupart avaient finis par suivre leur propre chemin, faire leur vie avec quelqu'un ou partir loin.
Et qu'est-ce qu'il les enviaient. Le soir parfois ou quand il rêvassait, il s'autorisait à imaginer sa vie si lui aussi vivait sa vie comme il l'entendait.
Ces moments étaient de plus en plus fréquents. Son désir de vivre libre pesait son coeur plus que jamais.

Un soir Dario, le regard vide et le corps raide de courbatures, arriva chez lui. La maison était vide. Pas de lumière, pas de repas, pas d'odeur, pas de présence, pas de chaleur...
D'une façon mécanique il rejoint sa chambre et son lit sur lequel il s'effondra. Depuis un mois il n'avait pas vu sa soeur, elle vivait pratiquement chez son nouvel homme Tonio.
Sa mère était surement aller voir son propre petit ami et manger avec lui puisqu'ici il ne restait pas grand chose à se mettre sous la dent.

"Qu'est-ce que je fais là? Qu'est-ce que j'attends? C'est le moment ou jamais, je devrais partir..." Il entendit sa propre voix fatiguée et enrouée s'adresser au silence de la pièce.
Pour aller où ? Et faire quoi? Tout ce que tu sais faire, c'est ce travail de merde et survivre. La voix du doute, ses propres démons, lui répondirent dans sa tête.
Je veux m'en aller... Je veux vivre... danser... aimer... la chaleur de quelqu'un... donner le sourire... Ce sont les dernières pensées floues qu'il eut avant que le sommeil ne s'empare de lui, laissant une seule larme encore brillante sur sa joue.

A son réveil, sa vie avait basculée. Dario n'était plus chez lui mais au milieu d'un cercle de pierre. Tout autour de lui était beau et méconnaissable.
Et malgré toutes les questions qu'il se posait une joie immense envahie son être.



HRP

Code Règlement: 1285


Comment avez-vous connu le forum?: Sur l'Antre du rp l'annuaire des sites de rp!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dario Naranccia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dario caniche nain 3 kilos 2 ans
» Le Nice Matin

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Les Landes D'Aslinn  :: Les Coulisses d'Aslinn :: Présentation de votre personnage-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: